Brasseurs de France sonne l’alerte face à la hausse des coûts de production

Après deux années de crise sanitaire qui ont fragilisé les entreprises, les brasseurs français font face à une augmentation inédite de leurs coûts de production, conséquence du contexte inflationniste dû à la situation ukrainienne.

Malgré le plan de résilience annoncé par le Gouvernement le 16 mars dernier, les brasseurs français ne pourront pas supporter seuls cette situation, sans conséquences économiques et sociales. Entre l’envolée du prix des matières premières, des emballages, du transport et de l’énergie, les coûts de production de nos entreprises explosent.

Un premier signal a été donné le 31 mars dernier, avec la signature de la charte d’engagement par les fournisseurs de produits agricoles et alimentaires ainsi que par les enseignes de la grande distribution. Il est indispensable qu’elle soit mise en œuvre pour permettre à l’activité brassicole de conforter sa reprise économique.

Dans ce contexte, les acteurs de la grande distribution se sont engagés à ne pas appliquer de pénalités logistiques. Cet engagement est essentiel dans le contexte actuel, compte tenu des possibles difficultés d’approvisionnement de nos entreprises.

« Notre filière brassicole est une filière dynamique, créatrice d’emplois sur l’ensemble du territoire. 2 300 brasseries sont implantées en France, 1er pays européen en nombre de brasseries. Nous devons la préserver et la soutenir, pour qu’elle demeure un des fleurons de l’agroalimentaire français » résume Matthias Fekl, Président de Brasseurs de France.
Brasseurs de France

Brasseurs de France, fondé en 1878, est le syndicat professionnel de la brasserie française. Il représente plus de 98% de la production française de bière et a parmi ses membres 96% de PME/TPE. Il fédère les brasseries artisanales, historiques, familiales qui génèrent plus de 4,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires (chiffres 2020). Secteur agro-alimentaire majeur par son poids économique de l’amont (orge et houblon) à l’aval (grande distribution, cafés et restaurants), les activités liées à la filière représentent 130 000 emplois pour un chiffre d’affaires total de 15 milliards €.

Télécharger le communiqué de presse en cliquant ici