Bière et nutrition

 

Des qualités méconnues…

La richesse des bienfaits des matières premières d’origine naturelle intervenant dans la fabrication de la bière apportent à cette boisson des éléments qui restent encore méconnus. En effet, la bière contient de très nombreux composants comme des antioxydants, des vitamines (en particulier des vitamines B), des minéraux tels que le silicium, ou encore des fibres.

Les flavonoïdes, élément secret unique à la bière

La bière est la seule source alimentaire significative de houblon. Chaque année, de nouvelles publications scientifiques viennent souligner les effets thérapeutiques potentiels des composants du houblon : les flavonoïdes présents dans le houblon sont notamment susceptibles de protéger contre certaines maladies (réduction de diabète, effet positif sur les os, aide à l’amélioration du sommeil…)

Un apport significatif en glucides et vitamines

Tout comme le pain, fabriqué à partir de céréales, la bière contient des glucides complexes et de nombreuses vitamines.

Pour fabriquer de la bière, l’orge doit d’abord germer (malter), ce qui augmente la valeur nutritionnelle des céréales utilisées.
La bière permet de couvrir une partie des besoins quotidiens en vitamines, notamment du groupe B : la niacine (B3), la riboflavine (B2), la pyridoxine (B6), l’acide folique (B9) et la cobalamine (B12), sont fortement présentes dans la bière.

Les minéraux, les essentiels !

La bière présente un équilibre favorable en minéraux essentiels. Elle contient environ 1 200 mg de sels minéraux par litre. Elle a une teneur assez élevée en potassium (entre 300 et 700 mg/l) et une faible teneur en sodium1.

La bière est aussi une source de silicium alimentaire.

Le gluten

Par sa composition à base de céréales, orge et blé principalement, la bière contient du gluten, et par conséquent n’est pas recommandé aux personnes intolérantes au gluten.

Il existe actuellement sur le marché français plusieurs bières sans gluten, élaborées avec de la farine de riz ou de sarrasin.

L’intérêt des antioxydants

Reconnus pour leurs bénéfices anti-vieillissement, on retrouve des antioxydants naturels dans les fruits, les légumes et les céréales. Ils sont également présents dans la bière grâce au malt (l’orge) et au houblon intervenant dans le brassage de la bière.
Les antioxydants sont aisément absorbés  et peut être plus facilement que ceux présents dans la nourriture solide.

 

sante

Le cœur : ce que disent les experts scientifiques

Les maladies cardiovasculaires (accident vasculaire cérébral et crise cardiaque) sont les principales causes de mortalité et d’invalidité chez les adultes.

De nombreuses recherches mettent en avant la réduction sensible (30-40%)6 du risque de crise cardiaque chez les consommateurs modérés de bière, tout comme le vin ou les spiritueux, par rapport aux non-consommateurs et aux gros consommateurs. Le Global Status Report on Alcohol (2004) de l’OMS reconnaît ce « principal bienfait de l’alcool pour la santé ».

 

Bière et nutrition / halte aux idées reçues !

La bière, boisson fermentée naturelle, riche en glucides, protéines, vitamines et minéraux, est une boisson faiblement calorique.

  • Les glucides

Les glucides de la bière sont à 85% des glucides lents (ou glucides complexes) qui proviennent majoritairement de l’orge et des autres céréales utilisées pour la fabrication de la bière. Ils s’apparentent à ceux du pain et libèrent progressivement leur énergie dans l’organisme.

Dans l’orge, ces sucres sont présents sous forme d’amidon insoluble. Ils sont solubilisés par l’action des enzymes activées lors de la transformation de l’orge en malt.

Au cours de la fermentation, ces glucides sont consommés par les levures qui les transforment en alcool et en gaz carbonique pour donner la mousse et la « pétillance » de la bière.

Dans le produit fini :

On ne retrouve plus que quelques sucres résiduels, non consommés par les levures, également appelés sucres non fermentescibles. Ce sont notamment des dextrines, du maltose et du maltotriose. En fonction des céréales utilisées et du type de bière, le produit fini contient en moyenne 35 à 50 g/l de glucides et quasiment pas de glucose, de fructose et de saccharose (sauf dans quelques bières brunes et aromatisées).

  • Les protéines

Les protéines présentes dans la bière proviennent des matières premières : orge maltée et substances amylacées additionnées (85 %) d’une part, et levures (15 %) d’autre part.

Dans le produit fini :

Les taux moyens de protéines brutes sont faibles (environ 3 à 5 g/l). Ces protéines sont présentes sous forme d’acides aminés libres. La quasi-totalité des acides aminés essentiels est représentée. Le profil des acides aminés dépend de la composition du malt et de la quantité des grains crus.