Art de servir

Les verres adaptés, les sous-bocks assortis, les bons gestes… servir une bière est décidemment tout un art !

Verres et sous-bocks

  1. Les verres

Une propreté irréprochable

Quelques traces de gras persistantes et la mousse s’évapore, laissant s’échapper toute l’âme de la bière !

La propreté et l’humidification des verres sont des conditions indispensables pour apprécier la bière dans toute sa splendeur.

Les verres doivent être soigneusement lavés à l’eau claire et froide… et surtout ne pas être essuyés. Ils sont généreusement passés à l’eau pour mouiller les parois avant d’être remplis. L’adhérence de la mousse est ainsi renforcée grâce à l’eau fraîche, et l’humidification du verre permet d’éviter les cheminées de bulles, véritables accélérateurs de la fuite du gaz carbonique !

A chaque bière, son verre

Pour capter toutes les flaveurs, le choix du type de verre dans lequel est servi le demi est primordial.

Un verre transparent est de rigueur pour qui souhaite apprécier la limpidité, la brillance et la pétillance.

Pour jauger au nez comme en bouche le caractère de la bière, en fonction de la famille de celle-ci, les amateurs se contenteront de trois types de contenants :

Longiligne – le fameux demi « classique » en 25 cl: le verre de référence pour les bières de fermentation basse, les blondes légères, aux arômes volatiles ou encore les blanches. Légèrement resserré vers le haut, il sait emprisonner les arômes et la mousse mais aussi maintenir l’effervescence. Les verres sur pied sont à privilégier car ils évitent que le liquide se réchauffe trop vite au contact des mains et permettent une meilleure appréciation visuelle.

Le verre calice : plus ouvert, offrant une surface plus importante pour le nez, il est idéal pour les bières de haute fermentation, riches en esters et aux arômes plus subtils, telles que les bières d’abbaye.

La flûte : elle n’est pas dédiée qu’au champagne ! En effet, son corps effilé qui maintient plus longtemps les fines bulles, parfois parcimonieuses, des lambics, saura mettre en valeur les bières à fermentation spontanée, ainsi que les bières fruitées.

Verre calice ou verre tulipe, chope traditionnelle (qui tend à disparaître de nos comptoirs), les  verres qui accueillent la bière sont extrêmement variés. Il en existe des centaines sur le marché, pour le plus grand plaisir des collectionneurs. De nombreuses marques ont associé un verre de dégustation à leurs bières. Elaborés avant tout par les services marketing, ces verres éponymes mettent en valeur le breuvage.

verres

  1. Les sous bocks

Ce petit carton buvard que l’on glisse sous le verre pour ne pas auréoler la table, adopte souvent une forme rectangulaire, ronde ou ovale.

Souvent décoré aux couleurs d’une marque de bière, il en existe des milliers de pièces, avec une grande diversité de formes et de motifs.

Certains sont composés à l’occasion d’un brassin spécial (bière de Mars ou de Noël), d’autres jouent sur les séries limitées. Distribués en peu d’exemplaires, ils sont très convoités !

Pour servir la bière dans les règles de l’art, il convient aussi d’assortir les bons sous bocks aux bons verres. Dans les cafés, les barmen prennent soin d’assortir verres et bocks d’une même marque.

Le collectionneur de sous bocks est appelé cervalobélophile.

Qu’il soit en porcelaine, en étain, en mousse ou en caoutchouc, le sous bock a rempli au cours de son histoire de nombreuses fonctions : antioxydant, système de comptabilisation  des consommations ou bien encore amortisseur…
Lire l’histoire des sous bocks

brasseurs1

Gestes pour bien servir un demi

Ouvrir le bec de la tireuse, verser, fermer le bec de la tireuse…
Rien de si simple car servir un demi est tout un art !

Un bon verre, un sous-bock associé à la marque de la bière, une collerette glissée sur le pied, pour compléter ce rituel, et ce plaisir des yeux comme préalable à la dégustation, rien de tel qu’une belle couronne de mousse !

Pour reproduire à domicile les gestes des professionnels, voici les bons gestes à adopter :
Inclinez légèrement le verre (en pression comme en bouteille) et versez lentement le long des parois, sans former de mousse.

A mi-hauteur, ouvrez franchement le robinet et redressez lentement le verre afin de brasser la bière avec l’air, en éloignant progressivement le verre du bec verseur. La mousse se forme alors. Fermer le robinet rapidement et franchement.

Pour une bière en bouteille, relevez la bouteille de quelques centimètres lorsque vous redressez le verre.
Bien servi, le demi présente un chapeau de mousse de 2 à 3 cm (2 doigts disent les professionnels) qui protège la flaveur de la bière et lui conserve tous ses arômes.

La mousse protégeant la bière de tout contact avec l’air, les arômes n’auront pas le temps de s’altérer et les alcools volatiles ne pourront s’échapper.

Dégustation immédiate !

Fragile et délicat, le demi ne souffre pas d’attente…

Sitôt servi, sitôt dégusté ! Fragile et délicat, le demi ne souffre pas d’attente, qui risquerait d’émousser ses arômes et de faire disparaître ses bulles.

C’est la règle d’or de tous les connaisseurs !